Désert et la mousson

Au moment de s’endormir, une vision complète d’un pays craquelé, si intense que j’ai ressenti physiquement la souffrance de la soif, l’appel désespéré par les plantes, la terre, hommes et bêtes desséchés et ardents.

Et puis la venue, enfin, de l’eau, je voyais les premières gouttes imprégner la poussière, combler les fissures, plier les têtes jaunes des herbes, laver les feuilles restantes, faire reluire le visage radieux des humains.

Ca ne s’est pas arrêté là, ensuite j’ai eu droit à l’humidité qui s’installe, lourde, insistante, l’odeur du bois détrempé, les tissus qui moisissent un peu, toutes les activités interrompues ; plus d’autre solution que d’être un chat qui regarde tomber la pluie à l’abri d’une véranda.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s